Généralités sur les addictions et dépendances

 

L'essentiel

Retrouvez les points essentiels de l’article sur l’Hypnose pour arrêter de fumer, les addictions et la dépendance, en bas de page !

 

Introduction

 

Quand je me présente et que je dis que je suis hypnothérapeute, la première question qu’on me pose c’est : “Et ça marche l’hypnose pour arrêter de fumer ?“. Et c’est compréhensible, vu le nombre de méthodes miracles, de package anti-tabac garantis, et autres protocoles infaillibles contre le tabac et la cigarette qui fleurissent un peu partout sur internet… Donc avant d’explorer en quoi l’Hypnose pour arrêter de fumer et en finir avec la dépendance est une alternative efficace, commençons par introduire le sujet de l’addiction dans son ensemble.

Dans cet article vous allez apprendre sur quels processus inconscients l’Hypnose agit pour permettre de se libérer des addictions. Et d’ailleurs, les outils ne se limitent pas du tout à essayer de dégouter quelqu’un de la cigarette comme beaucoup le croient ! Commençons donc tout d’abord par préciser comment les addictions et dépendances sont définies. Puis nous verrons comment ces phénomènes s’expliquent d’un point de vue biologique. Enfin, nous étudierons les différents facteurs qui entrent en jeu. Vous verrez que quelque soit le produit” considéré (tabac, alcool, drogue, téléphone portable, jeux…), il faut tenir compte d’autres éléments pour expliquer ces processus.

C’est parti !

 

Une addiction, c’est quoi ?

 

Saviez-vous que le mot addiction nous vient du Latin « ad dicere » (1), « dire à » ? Chez les romains, comme les esclaves n’avaient pas de noms, on s’y référait comme « dits à », suivi du nom de leur maître. Un esclave qui ne pouvait payer sa dette était donc « adonné à » son maître, qui pouvait alors contraindre son corps en contrepartie. Intéressant de constater comme le corps devient donc une « dette » du point de vue étymologique. Aujourd’hui, nous utilisons encore des expressions comme « s’adonner à l’alcool » ou « s’adonner à une pratique » par exemple.

Des scientifiques ont constaté il y a une dizaine d’années que les addictions modifiaient certaines fonctions biologiques. On les considère depuis comme des maladies. Les addictions ont toutes en commun la recherche du plaisir (souvent pour éviter une souffrance intérieure). Ce qui fait son caractère spécifique est l’incapacité de la personne atteinte à contrôler son comportement en dépit des effets négatifs connus qui en découlent (2).

Plusieurs processus vont favoriser la répétition du comportement en influant d’une part sur l’envie, et d’autre part sur les sensations de manque. Généralement, la personne se retrouve partagée entre sa volonté de changer et son besoin physique ou émotionnel de retrouver un état intérieur particulier.

Le psychiatre Michel Reynaud résume à ce sujet :

Il est possible de regrouper ce qui détermine les addictions en en trois groupes : ceux liés aux produits (effets, valeur symbolique du produit dans une société donnée, dans un groupe particulier), à la personne (hérédité, famille, développement…) et au contexte (situation sociale, influence du milieu…).

Michel Reynaud

Psychiatre

 

D’accord, alors quelle est la différence avec les compulsions ?

 

Premièrement, là où le plaisir joue un rôle primordial dans l’addiction, il est absent des comportements compulsifs. Même si on retrouve une composante des comportements compulsifs dans les addictions, une compulsion est souvent conditionnée par une sorte de rituel. C’est un besoin irrépressible de réaliser une tâche (3).

Deuxièmement, les compulsions ne sont en général pas connectées avec une réalité « rationnelle ». Quelqu’un pourrait se laver les mains 100 fois par jour uniquement pour atténuer son angoisse, mais sans pouvoir expliquer quel serait le sens de ce geste…

 

La biologie des comportements

 

Au travers de son évolution, l’Homme tout comme la plupart des mammifères (4), a hérité d’un système fondamental destiné à activer ses comportements : le système de récompense (ou de renforcement). Il déclenche les comportements nécessaires à la survie et empêche ceux qui sont jugés dangereux.

Commençons donc par présenter les deux neurotransmetteurs antagonistes bien connus qui entrent en jeu dans ce mécanisme.

 

Les neurotransmetteurs : motivations et émotions

  • La dopamine d’un côté, qui favorise l’envie et le plaisir.
Dopamine sérotonine addictions hypnothérapeute séance hypnose paris 15
  • La sérotonine de l’autre, qui favorise la satiété et l’inhibition.

Quand la dopamine nous pousse à faire quelque chose qui va générer du plaisir, la sérotonine vise à contenir l’action. Lorsque ces deux systèmes s’influencent au bon niveau, les comportements peuvent être maitrisés. En passant de l’enfance à l’âge adulte, nous apprenons d’ailleurs à canaliser nos émotions et nos envies primaires.

Une métaphore qui résume bien cette interaction serait celle de deux coureurs attachés l’un à l’autre avec une corde sur une piste d’athlétisme. Le premier est un sprinteur : c’est la dopamine. Le second un coureur de fond : la sérotonine. Les deux coureurs n’ont donc pas la même allure, mais ils sont liés l’un à l’autre (11). Lorsque le sprinteur accélère, il arrive à la limite de la tension de la corde, s’en trouve ralenti puis revient à son rythme normal. Le coureur de fond (sérotonine) est donc garant que le sprinteur (dopamine) ne s’échappe pas !

Ces deux neurotransmetteurs jouent donc sur nos motivations pour nous amener à adopter ou à éviter un comportement, et nos émotions pour nous récompenser avec du plaisir ou non. C’est d’ailleurs à ces mécanismes qu’on doit les sensations de manque ou de sevrage. Que ce soit pour arrêter de fumer, pour arrêter de boire, ou sur d’autres sujets encore, le corps a besoin d’un temps plus ou moins long pour revenir à un état équilibré.

Maintenant que les interactions avec nos motivations et nos émotions sont plus claires, penchons nous sur le rôle de nos apprentissages (ou cognition (5)).

 

Le rôle des apprentissages

Lorsqu’un comportement stimule le circuit de récompense, nous gardons en mémoire les informations qui y sont liés, et plus l’émotion était intense plus le souvenir sera solidement ancré. Chaque fois qu’il est répété, les apprentissages inconscients se consolident davantage et peuvent devenir un comportement automatique, comme dans l’expérience du chien de Pavlov (6).

 

circuit recompense addictions hypnothérapeute séance hypnose paris 15

Lorsqu’une dérégulation de ce système apparaît, les évènements deviennent trop intenses et entrainent des besoins irrépressibles. Certaines dépendances sont généralement bien identifiées, comme l’alcool, le tabac, la nourriture, les drogues ou les médicaments. Mais à cette liste peuvent s’ajouter les dépendances affectives, au travail, au sexe, aux jeux, au téléphone portable etc.

Mais alors quels sont les facteurs qui influencent ou non une addiction ? Et comment fonctionne l’Hypnose pour arrêter de fumer ou pour se libérer d’une addiction en général ?

 

Les facteurs qui influencent les addictions

 

L’addiction représente un moyen pour l’individu de répondre à un problème. Cela peut être de dépasser une inhibition, de rechercher du plaisir, du sens et des sensations, d’éviter une souffrance trop grande, ou encore pour refuser certaines valeurs et traditions. Pour avoir une vision globale du phénomène des addictions, considérons 3 catégories : les facteurs individuels, environnementaux et ceux liés à la substance.

 

facteurs addictions hypnothérapeute séance hypnose paris 15

 

Le psychiatre Olivenstein disait :

La toxicomanie est la rencontre d’un produit, d’une personnalité et d’une circonstance ou d’un moment culturel.

Claude Olivenstein

Psychiatre

 

Je suis convaincu que pour accompagner quelqu’un vers un changement de manière fiable, il faut tenir compte des facteurs qui ont joué dans chaque histoire personnelle. C’est bien pour cette raison que les scripts tout fait que certains utilisent en séance atteignent rapidement leurs limites. Sinon, pensez-vous que lire le même texte pour arrêter de fumer par exemple, puisse être efficace avec 10 personnes aux histoires différentes

 

L’importance du rôle des drogues

drogues addictions hypnothérapeute séance hypnose paris 15

Les drogues ont toutes en commun la capacité à changer notre vision du monde. Pour se faire, elles vont créer un environnement artificiel pour le cerveau. Certaines drogues bloquent ou surchargent nos récepteurs quand d’autres stimulent leurs sécrétions. Plus le temps passe, moins le cerveau produira naturellement les molécules qui ont été remplacées par les substances artificielles. La drogue s’est alors substituée à la chimie interne et le cerveau perd de sa capacité à s’auto-réguler. Une fois le corps désarmé de ses capacités internes, le lien entre désir et contrôle se perd. Le plaisir n’est plus limité par la satiété et le manque n’est plus atténué naturellement. Dans cette situation, faire face au stress, à la douleur et aux humeurs devient alors de plus en plus difficile.

Evidemment il y aurait encore beaucoup à dire sur ce sujet, mais maintenant que le cadre est posé, il sera plus facile de comprendre comment fonctionne l’Hypnose pour arrêter de fumer, et pour se libérer des addictions en général.

 

Principaux leviers de l’hypnothérapie

 

Réorienter le plaisir

 

Vous l’avez compris, le point commun entre tous les comportements qui provoquent des addictions : Le plaisir. C’est à cause du plaisir que ces programmes se sont mis en place inconsciemment, c’est donc à partir de cette notion que l’on va demander à l’inconscient de se reprogrammer ! Comme nous l’avons vu, c’est dans la nature de l’inconscient d’être dépendant de ses habitudes et du plaisir, alors c’est à lui qu’il faut s’adresser.

Il constitue la plus grande base d’informations nous concernant. Il a aussi une capacité prodigieuse à concevoir de nouvelles manières d’être et de se comporter. Alors pourquoi ne pas lui demander d’imaginer pour vous ce qu’il faudrait faire pour trouver une solution qui fonctionne à long terme? Sinon, le risque lorsque l’inconscient est frustré par manque de plaisir est de se retrouver bloqué entre désirs et besoins émotionnels. Même si la volonté est un point de départ essentiel, elle risque de s’épuiser avec le temps… Pour sortir de ce cycle, l’hypnose peut permettre de se reconnecter à ses valeurs profondes et dépasser cet engrenage. La liberté de choisir et la liberté de décider quand arrêter vous appartient. D’ailleurs, êtes-vous curieux de savoir quelle autre source de plaisir votre inconscient aura trouvé, lorsque vous aurez arrêté de fumer avec l’Hypnose ?

 

Se projeter dans le meilleur futur

 

Il y a généralement deux possibilités face à un choix.

  1. L’assouvir sur-le-champ et obtenir une récompense immédiate.
  2. Ne pas l’assouvir immédiatement et obtenir une récompense souvent supérieur mais plus éloignée dans le temps.

L’expérience du Chamallow, ou l’on propose à des enfants de manger un Chamallow tout de suite, ou d’attendre pour pouvoir en manger deux, démontre que nous construisons nos propres manières de réagir face à un choix dès le plus jeune âge :

 

Lorsqu’une addiction se développe, la capacité à favoriser les choix bénéfiques à long terme se réduit et l’attention se focalise sur la récompense à court terme. L’hypnose permet de se projeter vers le futur qui attire le bon comportement comme un aimant  et rééquilibrer cette balance. Si vous interrogez votre être profond, le tabac ou la cigarette font-ils parti de votre futur idéal ?

Balance addictions hypnothérapeute séance hypnose paris 15

Travailler sur les causes

 

Les raisons pour lesquels les addictions se développent correspondent à un contexte et à une histoire qui est propre à chacun. L’hypnose et la PNL permettent d’accompagner les étapes de vies et les blessures qui pourraient avoir conduit à l’addiction. Comme nous l’avons vu plus haut, l’environnement social, familial et les évènements stressants de la vie peuvent être autant de facteurs qui relient une personne à son addiction. Travailler sur les causes va contribuer à détacher les liens toxiques qui entretiennent la situation. Vous rappelez vous de votre première cigarette ? Ou de l’environnement dans lequel vous étiez à l’époque ?

 

Est-ce que je suis mon addiction ?

 

Je remarque que certaines personnes ont modelé une partie de leur identité autour de leur dépendance. Quelqu’un qui dirait « Je suis alcoolique » serait un bon exemple. Pensez-vous qu’une personne qui ne boit pas régulièrement dise « Je suis non-alcoolique » ? Il existe la même dichotomie entre les « fumeurs » et les « non-fumeurs », comme si chacun devait entrer dans l’une des deux cases opposées… He bien non ! Clarifier ces questions d’identité peut ouvrir la voie à la partie de vous qui est capable de vivre sans cette dépendance. L’Hypnose permet de gagner en compréhension sur soi. Alors pourquoi ne pas s’en servir pour changer la manière dont on se représente les choses à notre avantage ?

 

Désactiver les déclencheurs

 

Les déclencheurs ce sont tous ces points de départ qui enclenchent le comportement. Toutes ces petites habitudes qui deviennent automatiques et s’ancrent avec le temps. 

Les exemples les plus courants seraient ceux d’une personne qui entend le mot « pause » ou sent l’odeur du café et pense à fumer une cigarette. Il y a aussi les gens qui ont envie de fumer quand ils se sentent stressés, ou quand ils boivent avec des amis. Une autre personne pourrait voir un bar et penser automatiquement à boire de l’alcool. Enfin, l’imagination seule peut être suffisante lorsqu’une personne se projette dans un contexte particulier (soirée, rendez-vous, amis) et associe la situation à une prise de drogue. Désamorcer l’importance qu’ont ces déclencheurs, avec l’Hypnose ou la PNL, contribue à retrouver la liberté de choisir comment réagir. En utilisant l’Hypnose pour arrêter de fumer, on peut se reconnecter à ses envies profondes et sortir des automatismes conditionnés.

Et d’ailleurs, voici quelques idées reçues totalement fausses que les gens se font au sujet du tabac.

 

Idées reçues sur la cigarette

 

« J’ai besoin de ma dose de nicotine »

 

Étonnamment, la nicotine seule n’explique pas la dépendance au tabac, sinon les dépendants se procureraient de la nicotine liquide qui est beaucoup moins chère ! En fait, c’est la combinaison des agents de saveur et de la combustion qui donne à la nicotine son pouvoir addictif. C’est la raison pour laquelle les scientifiques n’ont jamais réussi à prouver une dépendance à la nicotine seule. D’ailleurs, certaines études comparent l’utilisation de patch ou de chewing-gum à la nicotine avec des placebos et trouvent des résultats d’arrêt à long terme aussi faibles que similaires (7).

 

« J’ai besoin de fumer parce que ça me destresse »

 

Alors oui, quelqu’un qui fume peut effectivement avoir cette impression momentanée car on constate une réelle chute du tonus musculaire. Sauf que paradoxalement, la nicotine agit comme un excitant qui entretient l’anxiété et le stress. Donc en clair, comme fumer excite, une personne qui fume vit en permanence dans un état de stress plus élevé. Chaque cigarette apporte l’illusion de réduire le stress qu’elle a elle-même créé, favorisant ensuite la prise de la suivante…

 

« L’hypnose va me faire arrêter de fumer ? »

 

Heureusement que non, l’hypnose ce n’est pas une pilule à avaler qui rendrait allergique au tabac… Et d’ailleurs même si cela existait, les gens seraient toujours dépendant et trouveraient probablement une autre solution. Rien ne peut vous empêcher de faire ce qui vous fait plaisir. Par contre, rien ne vous oblige non plus à trouver votre plaisir d’une seule manière !

Se faire accompagner avec l’hypnose pour arrêter de fumer lorsque l’on a pris la décision de passer ses journées sans cigarettes fonctionne très bien ! D’ailleurs, voici pour conclure quelques études scientifiques qui démontrent l’efficacité de l’hypnose pour se libérer du tabac.

libérer tabac addictions hypnothérapeute séance hypnose paris 15

 

Par où commencer ?

 

Quand arrêter ? Quand vous le décidez. Se forcer à arrêter ne fonctionne pas sur le long terme. Vous avez la liberté de choisir quel sera le bon moment pour arrêter. Vous pouvez aussi bien entendu prendre rendez-vous ici.

N’hésitez pas à poster un commentaire si vous avez déjà eu recours à un accompagnement qui a fonctionné ou non, ou simplement pour me dire si vous avez trouvé cet article intéressant ! Avez-vous appris des choses utiles ? Avez-vous des questions ?

Retrouvez aussi les prochains articles en rejoignant la page Facebook avec les boutons ci-dessous.

 

En attendant, prenez soin de vous !

 

L'essentiel

 

  • Les addictions sont des maladies qui ont en commun la recherche du plaisir et l’incapacité à contrôler le comportement.
  • Les addictions sont liées à trois facteurs: les produits, la personne et son contexte.
  • Le cerveau régule les comportements au travers du système de récompense.
  • Les drogues imitent certaines composantes du système de récompense et amenuisent la capacité du cerveau à retrouver l’équilibre seul.
  • Les comportements répétés se consolident et peuvent devenir automatiques et inconscients.
  • L’Hypnose dispose d’outils pour intervenir sur plusieurs axes : éviter les frustrations, motiver, soigner les causes, désactiver les déclencheurs, relancer les capacités de régulation naturelles…
  • Les résultats de certaines études scientifiques démontrent l’efficacité de l’Hypnose dans les cas étudiés.

 

 

 

Références

  • (1) Wikipedia – Addictions
  • (2) Classification statistique internationale (CIM-10), « Le syndrome de dépendance » F10-F19
  • (3) Classification statistique internationale (CIM-10),« Trouble obsessionnel-compulsif » f42
  • (4) BERRIDGE KC, KRINGELBACH ML. “Affective neuroscience of pleasure: reward in humans and animals, Psychopharmacology”, 199(3):457-480, 2008
  • (5) Wikipedia – Cognition
  • (6) Wikipedia – Conditionnement Classique
  • (7) Lam W, Sze PC, Sacks HS, Chalmers TC, “Meta-analysis of randomised controlled trials of nicotine chewing-gum” 27-30, 1987
  • (8) Johnson DL, Karkut RT. Adkar Associates, “Performance by gender in a stop-smoking program combining hypnosis and aversion” 851-7, 1994
  • (8′) Elkins GR, Rajab MH, “Clinical hypnosis for smoking cessation: preliminary results of a three-session intervention”, 73-81, 2004
  • (9) Journal of Nursing Scholarship, “Guided health imagery for smoking cessation and long-term abstinence”, 245-250, 2005
  • (10) University of Iowa, Journal of Applied Psychology, “How One in Five Give Up Smoking”, 1992
  • (11) La théorie du découplage
Newsletter Graines d'Hypnose

Newsletter Graines d'Hypnose

Actualité des articles du blog, évènements physique et virtuels, vidéos youtube etc.

Inscription réalisée avec succès !

Pin It on Pinterest

Share This